D’où nous vient cette sinistre idée de mourir dans des hôpitaux qui puent la maladie et la mort, entourés de visages fatigués et pâles, de machines et de fils en plastique ?

N’y a-t-il pas mille autres façons beaucoup plus agréables pour mourir ?