J’attends qu’on me charge et qu’on me donne l’ordre pour commencer à marcher…

Au moins je sais à quoi ma journée va ressembler…

Que puis-je faire d’autre ? Me rebeller ?

Peut-être que je mourrais de misère, d’angoisse, de faim et de froid. Je préfère de loin savoir qu’on va me charger, me faire marcher, et aussi me nourrir.

Publicité